résultat opérationnel courant 2019 en hausse de 14,3% à 126,2 m€

Points clés de l’exercice 2019

  • Chiffre d’affaires des activités poursuivies(4) stable(3) à 2 927 millions d’euros
  • Résultat Opérationnel Courant1 à 126,2 millions d’euros conformes aux prévisions
  • Dette Nette Comptable(4) maîtrisée à 252 millions d’euros au même niveau qu’à fin 2018
  • Deux cessions d’activités non stratégiques réalisées et d’autres en cours
  • Proposition de remboursement de prime d’émission pour un montant de 12 cents par action

 

Amélioration des performances opérationnelles

Le groupe Econocom a réalisé en 2019 un chiffre d’affaires de 2 927 millions d’euros sur ses activités poursuivies, stable(3) par rapport à 2018. En organique, il ressort en légère baisse de 0,8 % par rapport à l’exercice précédent. L’activité Technology Management & Financing (TMF) a été impactée négativement par un élément exceptionnel : une fraude, dont Econocom Italie a été victime, avec un effet défavorable estimé à un peu plus de 130 millions d’euros sur son chiffre d’affaires. Retraitée de cet élément exceptionnel, la croissance(3) du groupe ressort à 4,5% (dont 3,7% en organique). L’activité Digital Services and Solutions (DSS, composée de Produits et Solutions et des Services) a poursuivi quant à elle son essor et affiche un chiffre d’affaires de 1 802 millions d’euros, en augmentation(3) de 7,4 %.

Il est rappelé que suite à la mise en œuvre du plan de transformation lancé en 2019, plusieurs activités ont été retraitées conformément à la norme IFRS 5 relative aux « actifs détenus en vue de la vente et aux activités abandonnées ». Le compte de résultat de 2018 a été ajusté en conséquence et les impacts sur les états financiers annuels 2019 sont fournis sur des lignes séparées des états financiers. De plus, le groupe a adopté en 2019, conformément aux usages de la profession, la reconnaissance des livraisons directes hors licences en mode principal (au sens de la norme IFRS 15). Les états financiers 2018 ont été modifiés pour tenir compte des impacts de ce changement comptable.

Le Résultat Opérationnel Courant(1) (ROC) des activités poursuivies atteint 126,2 millions d’euros contre 110,4 millions d’euros pour la même période de 2018(3) malgré l’impact négatif de 13 millions d’euros enregistré sur l’activité TMF Italie. Le ROC(1) des activités poursuivies pour le pôle TMF atteint 43,9 millions d’euros (vs. 50,5 millions d’euros en 20183) et celui de DSS ressort à 82,3 millions d’euros (vs. 59,9 millions d’euros en 20183). Le ROC(1) a tiré parti des effets du plan de réduction de coûts entamé en 2018 et accéléré au second semestre de 2019 ainsi que de l’amélioration du niveau d’activité en France, en Belgique, en Espagne et au Royaume-Uni.

Des charges nettes non courantes de 24,8 millions d’euros, principalement en lien avec les opérations de réorganisation du groupe, ont été comptabilisées en 2019 pour les activités poursuivies. Le Résultat Opérationnel de ces dernières s’établit ainsi à 99,4 millions d’euros, en augmentation de 14,5% par rapport à 2018.

Après imputation du Résultat financier, de l’impôt sur les bénéfices et du Résultat net des activités non poursuivies, le Résultat Net consolidé de l’exercice ressort à 48,6 millions d’euros vs. 44,6 millions d’euros en 2018.

Ces bonnes performances, réalisées malgré l’impact négatif de l’événement exceptionnel survenu en Italie, reflètent l’équilibre favorable et la forte résilience du portefeuille d’activités d’Econocom.

 

Maîtrise de l’endettement

En 2019, la Capacité d’Autofinancement des activités poursuivies(2) atteint 140 millions d’euros, soit une hausse(3) de 7,5 millions d’euros par rapport à 2018. Le Free Cash-Flow des activités poursuivies(2) ressort ainsi à 63 millions d’euros bénéficiant de la réduction des CAPEX et de la maîtrise du BFR.

La Dette Nette Comptable(4) s’établit à 252 millions d’euros au même niveau qu’à la fin de l’exercice précédent grâce à une gestion rigoureuse des engagements. La Dette Nette Comptable(4) représente ainsi 1,4 fois l’EBITDA(5) 2019. La quasi-totalité de cette dette (238 millions d’euros) est sécurisée par les loyers à percevoir et les actifs loués dans le cadre des contrats de location autoportés par le groupe. Compte tenu de capitaux propres au 31 Décembre 2019 de 483,9 millions d’euros, le ratio d’endettement ressort à 0,5.

 

Gouvernance resserrée et expérimentée

Monsieur Jean-Louis Bouchard, Président Directeur Général, a stabilisé la gouvernance du groupe en s’entourant d’une équipe resserrée et très expérimentée, connaissant parfaitement les différentes activités d’Econocom.

Monsieur Angel Benguigui est ainsi nommé Directeur Général en charge de l’ensemble des activités du groupe à l’international. Il conserve ses responsabilités de DG Finance Groupe.

Monsieur Laurent Roudil, jusqu’à présent à la tête du pôle Services est nommé Directeur Général en charge de l’ensemble des activités du groupe en France et prend également en charge les Achats et l’IT.

Ensemble, aux côtés de Monsieur Jean-Louis Bouchard, ils ont pour responsabilité d’animer le Comité Exécutif du groupe, qui rassemble l’équipe de direction opérationnelle d’Econocom.

Monsieur Bruno Grossi, Conseiller du Président et en charge de la communication corporate, assurera le lien avec le Conseil d’Administration.

Par ailleurs, les Conseils d’Administration des 23 janvier et 9 mars 2020 ont pris acte des démissions de quatre Administrateurs. Dans un souci d’efficacité de fonctionnement autour du Président, il a été décidé de ne pas pourvoir à leur remplacement à court terme.

 

Rémunération des actionnaires

Le Conseil d’Administration proposera à la prochaine Assemblée Générale d’effectuer un remboursement de prime d’émission de 0,12 € par action, du même niveau que celui de 2019.

Dans le prolongement de sa politique historique de retour aux actionnaires, le groupe a procédé en 2019 à des acquisitions d’actions propres pour 26 millions d’euros. Au 29 février 2020, Econocom détient, hors contrat de liquidité, 26,3 millions d’actions propres, soit 10,7 % du capital de la société.

 

Perspectives 2020 favorables dans un environnement incertain

Le renforcement d’Econocom dans son métier historique, Technology Management & Financing, ainsi que le recentrage sur les activités de son pôle Digital Services and Solutions à fort potentiel, va se poursuivre avec d’une part, des investissements productifs et d’autre part, des ventes et fermetures d’activités non stratégiques.

Deux opérations de cessions ont été conclues en 2019 (Jade et Rayonnance). Le 28 Février dernier, la société a par ailleurs annoncé être entrée en négociation exclusive avec la société d’investissement Chequers Capital pour la cession de sa filiale EBC (Econocom Business Continuity) qui regroupe les activités de maintenance du groupe en France. Dans l’hypothèse d’une finalisation de cette cession, les trois opérations mentionnées représenteraient plus de 150 millions d’euros de produits de cession cumulés. D’autres cessions sont en cours à des niveaux divers d’avancement.

Econocom va poursuivre son plan de transformation lui permettant d’améliorer son niveau de marge opérationnelle et de retrouver le chemin d’une croissance solide. Celle-ci passera par le développement des hommes et des femmes de l’entreprise et par l’émergence de nouvelles offres développées en interne ou intégrées par acquisitions. Ainsi, Econocom renforcera encore sa capacité d’accompagner de bout en bout et de financer la transformation digitale de ses clients.

Pour 2020 et avant le développement récent de la crise liée au Covid-19, le Groupe s’était fixé comme objectif de réaliser un Résultat Opérationnel Courant en croissance significative par rapport à 2019. Compte-tenu de l’incertitude concernant l’évolution et la durée de cette crise, le Groupe a décidé de ne pas publier de guidance chiffrée pour son ROC 2020.

 

Prochaine publication : chiffre d’affaires du 1er trimestre 2020 le 23 avril 2020 après Bourse.

(1) Avant amortissement des actifs incorporels d’acquisition et après retraitement conformément à IFRS 5 des activités non poursuivies.

(2) Après retraitement conformément à IFRS 5 des activités non poursuivies et reconnaissance en mode principal au sens de la norme IFRS 15 des livraisons directes hors licences

(3) A normes constantes

(4) Avant prise en compte de la dette induite par l’application d’IFRS16 aux contrats de location (locaux, véhicules…) dont Econocom est preneur

(5) L’EBITDA se définit comme le Résultat Opérationnel augmenté (diminué) des charges (produits) opérationnel(le)s n’ayant pas de contrepartie en trésorerie